• ~ Dans la chaleur de l'été de Vanessa Lafaye ~

    Résumé :

    Dans l'atmosphère étouffante de la Floride à l'époque de la ségrégation, une puissante histoire d'amour qui doit surmonter bien des épreuves. Le retour d'Henry après 18 ans d'absence exacerbe les tensions racistes de sa petite ville. L'ancien héros de guerre y retrouve Missy, amoureuse de lui depuis l'enfance. Mais autour d'eux la violence fait rage, et, à l'approche de la fête nationale, une terrible tornade menace...

    Mon avis :  ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

    Dans la chaleur de l’été, publié aux éditions Belfond, m’a de suite attiré quand j’ai vu les parutions du mois de mai. Le fait qu’il soit inspiré de faits réels a rajouté des points à mon envie de le découvrir. C’est pourquoi après avoir lu l’interview de Vanessa Lafaye sur le blog de PrettyBooks, je n’ai pu me résoudre à attendre davantage pour découvrir l’univers de ce roman.

    Je ne m’attendais pas du tout à un tel roman, je ne m’attendais pas du tout à ce que l’histoire prenne cette direction et je fus donc agréablement surprise de voir la tournure des évènements. Parce que même si l’auteure a souhaité remplacé la date exacte du dramatique ouragan qui frappa les Keys dans les années 30, elle reste très fidèle à ce qu’il s’est passé. Cette tempête intervient cependant très tard dans le roman, il est vrai que j’ai trépigné d’impatience à l’idée de la voir arriver. Elle est d’ailleurs très bien amenée. A chaque chapitre, il faut aller récolter les indices semés qui viennent s’ajouter les uns après les autres pour former cet ouragan.

    L’auteur décrit également à la perfection les relations entre Blancs et Noirs à cette époque. La tension qui règne entre eux, notamment lors des festivités du 4-Juillet, mais aussi tout le respect qu’ils se doivent. Pour la première fois, Blancs et Noirs vont se retrouver ensemble (mais séparés par une corde) pour festoyer, boire de l’alcool, savourer un festin. La venue des vétérans de guerre, installés dans un camp près de la plage, n’est pas pour plaire à tous et on sent toute la tension qui s’installe dans cette scène entre ces habitants de Heron Key.

    Autour de trois thèmes très différents, l’auteur va tisser des liens : les relations interraciales, la présence de vétérans, rejetés et abandonnés après un retour aux pays suite à la guerre en France durant laquelle ils ont vécu le mélange racial et culturel, et la catastrophe naturelle, l’ouragan appelé « the 1935 Labor Day Hurricane » qui dévasta l’île et emporta avec lui des centaines de personnes.

    J’ai été marqué par cette histoire et touché par le sort des habitants. Vanessa Lafaye nous offre un roman historique absolument magnifique sur un événement dramatique. L’écriture de l’auteur nous plonge au cœur de cette tragédie avec force, avec une multitude de personnages qui nous ont fait découvrir leurs vies, leur ville et leurs habitudes et auxquels on s'attache, car c'est surtout grâce à eux qu'on en vient à découvrir à quel point vivre là-bas est reposant et agréable. L'ouragan passé, on ne peut que compatir à leur souffrance hautement palpable. 

    ♦ ♦

    Pas à pas, la tension s’accélère, l’angoisse monte et l’ouragan surgit. Une tragédie historique qui retrace une catastrophe naturelle impressionnante, qui se déploie sur fond de ségrégation raciale et dans une atmosphère parfois glaçante face à ces Hommes Blancs et ces Hommes Noirs si proches mais qui, à l’époque, étaient si différents.


    1 commentaire
  • Résumé :

    Cuba, 1956. Nora et Alicia, deux cousines très proches et complices, vivent une enfance heureuse et insouciante. Mais la révolution éclate, et Fidel Castro accède au pouvoir. Un climat de peur, nourri par la répression, s'installe peu à peu. Nora émigre alors aux États-Unis, laissant Alicia derrière elle, qui s'apprête à vivre des heures sombres à La Havane.

    Tandis que Nora, bien nostalgique de son pays natal, s'accommode peu à peu de cet environnement nouveau, Alicia subit les coups durs, dans un Cuba où la situation se détériore. Grâce aux lettres qu'elles continuent d'échanger, Nora comprend que la vie d'Alicia est devenu un enfer. Elle décide alors de retourner à la Havane pour lui venir en aide. Mais ce qu'elle va découvrir à Cuba est bien loin de tout ce qu'elle pouvait imaginer.

    Mon avis : Coup de 

    J’ai découvert l’auteur avec Le don d’Anna. Subjuguée par son écriture et l’histoire d’Anna, j’ai décidé d’approfondir ma découverte de l’auteur et après bien des conseils, je me suis penchée sur Nora ou le paradis perdu, publié aux éditions L’Archipel en juillet 2015.

    Je n’avais jamais eu l’occasion de lire de roman historique sur l’histoire de Cuba et de ses années noires. L’auteure nous plonge dans le conflit d’une petite île du Golfe du Mexique qui vit des heures sombres, partagé entre leurs valeurs religieuses et la rébellion contre le président Batista puis l’arrivée de Fidel Castro au pouvoir. Les jeunes yeux de Nora, petite fille cubaine, vont nous emmener voyager dans ce pays divisé par la révolution.

    Elle sera obligée de fuir et de rejoindre les Etats-Unis avec sa famille, échappant à l’homme qui règne sur son paradis. L'immigration est également l'un des thèmes qui m'a touché. La famille de Nora est déracinée, quitte son pays pour une nouvelle culture, de nouvelles coutumes, se forçant à apprendre une nouvelle langue, à vivre comme des américains...

    Durant toute sa jeunesse dans le pays de l’Oncle Sam, elle correspondra avec sa cousine Alicia, restée à Cuba avec ses parents. C’est au travers de ces lettres que le lecteur prend conscience de la décadence dans laquelle va plonger Cuba, du totalitarisme qui va s’installer et des nombreuses privations dont vont souffrir le pays et ses habitants. J’ai beaucoup apprécié lire ses échanges, comme s’ils nous étaient destinés, des années après la fin du règne de Fidel Castro.

    Nora sera pour moi l’exemple même de l’espoir, grâce à son courage, sa force de vaincre et de résister ainsi que grâce à son mental d’acier qui sera sans faille du début à la fin, même quand on pense que tout est sans espoir. Elle incarne la détermination abandonnée par de nombreux cubains et sa naïveté à l’idée de revoir un jour le pays de son enfance, le pays magique dans lequel elle a grandi et vécu ses quinze plus belles années, m’a beaucoup bouleversée. Au-delà de Nora, les personnages sont touchants parce qu’ils sont réalistes et incarnent une souffrance, à travers le fait que leur pays est en déchéance.

    La plume mélodieuse et remplie de sentiments, de paysages, d’émotions de l’auteure est un délice et rend à ce récit une part de magie et de mystère qui donne envie de découvrir Cuba, découvrir ce « paradis perdu ». La magnificence et la décadence se mêlent pour former une histoire inoubliable.

     ♦ ♦

    Une histoire délicieuse, lumineuse malgré la période sombre qui la caractérise, animée par une femme à la force de caractère digne des plus grandes femmes qui nous fait découvrir un pays sublime, magnifique. On se croirait à Cuba, on sent Cuba, on respire Cuba du début à la fin et c’est merveilleux.


    6 commentaires
  • Résumé :

    Point Clear, Alabama. Après avoir marié la dernière de ses filles, Sookie Poole aspire à un repos bien mérité. Elle aimerait se consacrer enfin à elle, à son couple, faire avec Earle, son mari, les voyages dont elle rêve. Mais elle doit encore compter avec sa mère, l’incroyable Lenore Simmons Krackenberry qui, à 88 ans, épuise les infirmières à domicile les unes après les autres. Si certains de ses coups d’éclat récents peuvent laisser penser qu’elle souffre de démence sénile, le diagnostic n’est pas aisé à établir car, toute sa vie, son comportement a été des plus excentriques.

    Le jour où un mystérieux interlocuteur révèle à Sookie un secret de famille parfaitement inattendu, son existence vole en éclats, à commencer par ses rapports avec sa mère. Afin de comprendre qui elle est vraiment, Sookie va alors se mettre sur la piste d’une femme exceptionnelle, Fritzi, qui, en 1940, tenait avec ses trois sœurs une station-service dans le Wisconsin. Le destin incroyable de Fritzi donnera-t-il à Sookie une nouvelle inspiration pour sa propre vie ?

    Mon avis : Coup de 

    J'ai eu la chance et le plaisir de lire ce livre dans le cadre du club de lecture de Mango & Salt

    Sookie a enfin marié ses trois filles lorsqu'elle reçoit une lettre mystérieuse dans laquelle recèle un terrible secret. Ce livre cache une histoire merveilleuse, dont je ne me suis pas doutée un seul instant, autour de la famille, de ses secrets mais également autour de cette période qui vit éclater la Seconde Guerre Mondiale et l'implication des femmes dans l'effort de guerre. L'auteur trace un portrait de femmes courageuses et tenaces, avec humour et simplicité.

    Au milieu de deux époques différentes, deux femmes à la personnalité et au mode de vie différents. D'un côté, on retrouve Fritzi, une jeune femme polonaise, aînée d'une famille de cinq enfants qui s'occupe avec ses sœurs de la station-service de son père. Elle représente davantage le héros. Grande gueule et impulsive, elle est aussi importante à l'histoire de part son courage et sa ténacité. En porte-parole, elle nous dévoile le travail et l'implication méconnue des femmes durant la Seconde Guerre Mondiale. Elle incarne la liberté.

    D'un coté, il y a Sookie, attachante et rigolote, mère de quatre enfants et "victime" d'une mère autoritaire et excentrique. Cette dernière va peu à peu tenter de se retrouver et de se reconstruire autour de ce mystérieux secret qui va changer sa vie à tout jamais. Elle ajoute à l'histoire un brin de folie et un soupçon de rire contagieux.

    Le choix de l'auteur d'alterner les deux récits de ces femmes est pour moi amplement judicieux. On est tantôt dans les airs avec Fritzi, tantôt au bord de la baie avec Sookie. Je suis allée de surprise en surprise, du rire aux larmes, et je pose ce livre avec beaucoup de regrets tant il m'a transporté. 

    ♦ ♦

    Un roman puissant qui mêle deux destins hors du commun, qui bouleverse le quotidien d'une femme moderne pour l'enlacer à celui d'une héroïne, pionnière de l'aviation militaire. Ce voyage en Alabama est un coup de foudre, sans hésiter un coup de cœur.


    votre commentaire
  • Résumé :

    Hongrois, rescapé des camps d’extermination nazis, Miklós est, depuis la fin de la guerre, accueilli en Suède pour soigner sa tuberculose. Dans l’espoir de trouver l’épouse qui lui conviendra, il écrit à cent dix-sept jeunes Hongroises réfugiées en Suède. Parmi les réponses qu’il reçoit, une seule lui fait battre le coeur : celle de Lili Reich. Elle a dix-huit ans et, comme lui, est rescapée des camps. De septembre 1945 à février 1946, Miklós et Lili s’écrivent presque quotidiennement. Et de lettre en lettre, tombent amoureux l’un de l’autre. Dès lors, avec le courage et la force de ceux qui veulent croire au bonheur pour oublier l’horreur, Lili et Miklós vont soulever des montagnes pour se rencontrer. Cette histoire d’amour est celle des parents de l’auteur : après la mort de son mari, Lili a confié à leur fils, Péter, la liasse des lettres qu’elle avait échangées avec Miklós.

    Mon avis : ♥ ♥ ♥ ♥ 

    J’ai repéré ce livre sur quelques blogs littéraires, il faisait partie des parutions littéraires des éditions Robert Laffont du mois d’avril. Quand j’ai vu qu’il racontait l’histoire d’amour des parents de l’auteur, dans un contexte d’après seconde guerre mondiale, j’ai tout de suite eu l’envie de le lire.

    Rescapé des camps de concentration, Miklos apprend qu’il est atteint de la tuberculos et qu’il ne lui reste plus que six mois. Il décide d’envoyer cent dix-sept lettres à des jeunes filles, ayant pour but de se marier. Lili Reich, rescapée des camps également, sera la seule qui l’envoutera au point qu’ils débuteront une correspondance assidue. S’en suivra, avec force, un combat perpétuel pour se rencontrer, affrontant les médecins, bravant les kilomètres qui les séparent.

    L’auteur mêle narration et passage épistolaire au cœur de ce témoignage qui s’inspire de l’histoire réelle de deux êtres amoureux. Il rend un hommage teinté de peu de sentimentalisme à son père et sa mère, les respectant et respectant leur amour, nous permettant de découvrir quelques passages d’une correspondance qui les lia pour la vie.
    L’histoire d’amour magnifique de Miklos et Lili m’a beaucoup touché. Elle suit l’évolution d’une maladie effroyable qu’est la tuberculose et de sa guérison. La beauté et la vivacité de leurs sentiments, la force de leur amour à laquelle ils ont cru du plus profond de leur être, ressort comme de la lumière dans la noirceur du retour à la réalité.

    On découvre également, d’un point de vue historique, l’après camp, la reconstruction d’êtres malmenés physiquement et psychologiquement, le renversement des idéaux et de la foi, le doute.

    J’ai tout de même été un peu dérangé par la monotonie du récit, qui rend certains passages un peu long. Le retour en Hongrie des parents de l’auteur méritait peut-être d’être davantage exploité, étant donné le bouleversement qu’ils ont vécu concernant leur religion. J’ai été un peu déçue.

    ♦ ♦

    Un roman bouleversant, d’autant plus qu’il est inspiré de faits réels et qu’il prend place au cœur d’un des conflits majeurs de l’histoire humaine. L’originalité du récit, qui alterne passages narratifs et épistolaire évoque avec pudeur une histoire d’amour magnifique.


    1 commentaire
  • ~ Il était une lettre de Kathryn Hughes ~

    Résumé :

    Tina est malheureuse auprès d'un mari trop porté sur la boisson et souvent violent. Le week-end, pour ne pas être à ses côtés, elle se réfugie dans une boutique caritative où elle est vendeuse bénévole. C’est alors que sa vie bascule lorsqu'elle y découvre une lettre dans la poche d'un vieux costume. Cette lettre n'a jamais été ouverte, le timbre n’est pas cacheté et elle date de septembre 1939 : c'est une demande en mariage.

    Très émue que la destinataire n’ait jamais reçu cette demande, Tina va mener l'enquête et découvrir l'histoire bouleversante d'un amour impossible… Celui de Chrissie, jeune sage femme de 17 ans qui tombe éperdument amoureuse du jeune séducteur de son quartier, malgré les réticences de son père, un médecin très strict. La guerre finit par exploser et son grand amour est contraint de partir au front, la laissant enceinte, et seule face à ce secret honteux qui va faire exploser sa cellule familiale.

    Pendant que Tina poursuit ses recherches, elle découvre qu’elle aussi est enceinte, mais d’un homme qu’elle n’aime plus. Elle décide d’essayer de retrouver à tout prix Chrissie et son enfant, en espérant ainsi redonner du sens à sa vie.

    Mon avis : ♥ ♥ ♥  ♥

    J'avais été très attiré par la couverture du livre lorsque je l'avais croisé en librairie et je ne connaissais pas l'auteur, ce qui m'avait d'autant plu attiré parce que j'adore découvrir des nouveaux auteurs. C'est à l'occasion d'un voyage que je me le suis procuré en format kindle !  

    Tina est une jeune femme des années 70, elle travaille dans un bureau de sténo la semaine. Mariée à un homme violent et alcoolique, elle a pris un emploi dans une boutique caritative le week-end. Lorsqu'elle trouve une lettre datant des années 40 dans un manteau, elle décide de tout faire pour la ramener à sa propriétaire.

    C'est une histoire très belle, une histoire qui mêle deux époques et font se rencontrer deux femmes qui, à 30 ans d'intervalle, vont vivre une histoire à peu près semblable. On plonge d'abord dans une ambiance sombre autour de problèmes d'addictions (alcoolisme, violence conjugale), puis autour d'une ambiance incroyablement sentimentale et captivante, presque à suspens.

    Le roman est divisé en trois parties qui sont pour moi assez différentes les unes des autres et qui sont pourtant liées. On trouve l'histoire de Tina dans la première, celle de William dans la deuxième. J'ai pris davantage de plaisir à lire la troisième et ultime partie durant laquelle les deux premières se rejoignent pour former un dénouement. Un dénouement qui m'a semblé rapide et dont j'ai été presque déçue. Peut-être un peu rapide ou prévisible.

    Kathryn Hughes a un style d'écriture très agréable, d'une justesse incroyable. Elle évoque avec émotion des thèmes d'une grande gravité : alcoolisme et violence (physique et psychologique), à travers les personnages de Tina et de Chrissie.  

    J'ai pourtant davantage apprécié le personnage de Chrissie au détriment de celui de Tina. Tina est attachante, on la sent libre malgré les chaînes qui la retiennent à son mari. Elle m'a paru cependant être faible lorsqu'elle est seule, elle n'hésite d'ailleurs pas à retourner à ces souffrances pour avoir de la compagnie. Quant à Chrissie, c'est une femme qui est incroyablement forte malgré le destin effroyable dont elle est victime. Elle reste optimiste et elle est pour moi le symbole de l'amour éternel, en aimant et en vouant une fidélité sans faille et sans discontinuer à un homme dont elle croyait qu'il l'avait abandonné.

    Les deux femmes se ressemblent plus qu'on ne le croit, notamment de part cette loyauté qu'elle voue envers l'être aimé, malgré les souffrances que celui-ci leur a fait endurer. Elles sont toutes deux des victimes de l'amour : Tina d'un amour violent et possessif qui va la pousser à la haine et Chrissie d'un amour fort qui va la pousser au chagrin et au regret. Pourtant, malgré leur souffrance, elle cherche toutes deux un moyen de donner une seconde chance à l'amour, chacune à leur manière.

    ♦ ♦

    Un roman d'émotion, d'une très belle beauté et d'une force que j'ai beaucoup apprécié. Les changements brutaux d'histoire dans les différentes parties m'ont cependant semblé parfois dérangeant.


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique