• ~ Le sel de nos larmes de Ruta Sepetys ~

    ~ Le sel de nos larmes de Ruta Sepetys ~

    Résumé : 

    Hiver 1945. Quatre adolescents. Quatre destinées.

    Chacun né dans un pays différent. Chacun traqué et hanté par sa propre guerre. Parmi les milliers de réfugiés fuyant à pied vers la côte devant l'avancée des troupes soviétiques, quatre adolescents sont réunis par le destin pour affronter le froid, la faim, la peur, les bombes... Tous partagent un même but : embarquer sur le Wilhem Gustloff, un énorme navire promesse de liberté...

    Mon avis : Coup de

    Le sel de nos larmes, publié le 16 juin dernier aux éditions Gallimard, était l’une des parutions du mois qui me tentait le plus. Un roman dont la trame se déroule durant la seconde guerre mondiale, je ne peux difficilement résister. Il faut savoir que ce roman a été un réel coup de cœur.

    « Tout le monde connaissait l’histoire du Titanic et du Lusitania. Le naufrage de ces deux grands navires n’était rien en comparaison de celui-ci. Plus de dix mille personnes étaient à bord du Gustloff. Les horribles détails de la catastrophe naturelle seraient mentionnés dans tous les journaux du monde. La tragédie serait analysée, étudiée des années durant et finirait par devenir légendaire. »

    Je ne sais comment je suis restée ignorante aussi longtemps de cette tragédie. On nous apprend tant d’horreurs sur cette guerre à l’école qu’on croit tout savoir. Passer à côté de cette catastrophe maritime, six fois plus meurtrière que celle du Titanic, amenant le nombre de victimes à une dizaine de milliers, est à mon sens une grossière erreur. Une question ne m'a pas quittée de toute ma lecture : pourquoi cacher une telle tragédie ? Ce roman m’a brisée et bouleversée. L’histoire qu’il raconte est déchirante et réelle. La souffrance qu'elle évoque est palpable durant les 465 pages de ce roman, sous toutes ces formes. Cependant, ce roman dégage également une grande force : il rétablit une vérité oubliée tel un reflet.

    Les chapitres sont courts et les points de vue alternés entre les quatre personnages. Alfred, un matelot, adorateur d’Hitler ; Joana, une infirmière lituanienne dont la générosité n’aura de faille malgré la culpabilité qui la rongera ; Emilia, une jeune polonaise ; et Florian, un prussien, restaurateur d’œuvres d’art. Chacun vient d’un pays engagé dans cette guerre, chacun vient d’un horizon différent et se rencontre dans la tourmente, pour mieux s'épauler. Leurs regards différents sur cette guerre les amèneront pourtant à vivre le même drame. Ils incarnent à eux quatre les milliers de réfugiés victimes.

    « Au moment même où l’on croit que la guerre nous a pris tout ce qui nous était le plus cher au monde, on rencontre quelqu’un et on se rend compte qu’on a toujours plus à donner. »

    L’auteure nous décrit avec précision et psychologie chaque adolescent. La longueur des chapitres permet de s'immerger plus facilement dans leur vie et nous pousse à les connaître et à les apprécier. La guerre les a détruit, leur a pris ce qu’il avait de plus cher et l’espoir de s’en sortir les fait avancer ensemble, encore. Car, bien que je m’attendais à ce que le naufrage surgisse plus tôt dans l’histoire, c’est leur périple jusqu’au port de Gotenhafen qu’on suit. A travers la longue marche qui les mène vers le Wilhem Gustloff, on s’attache à eux, à leur histoire qui se dévoile petit à petit. L’installation des réfugiés sur ce navire est également très détaillées et on aurait presque l'âme d'un réfugié, coincé parmi les épais gilets de sauvetages. L’alternance de points de vue durant le naufrage nous entraîne dans une spirale, un tourbillon, au cœur duquel tant d’émotions se mêlent : terreur, détresse, effroi, culpabilité, faim, froid, tristesse.

    Ce roman n’est pas sans me rappeler un recommencement des erreurs déjà commises… L’époque est différente, le contexte politique également mais de nombreux réfugiés sont encore victimes de naufrages en souhaitant fuir un pays en guerre, un pays qui ne peut plus les satisfaire et les accueillir. Réfugiés d’autrefois et réfugiés d’aujourd’hui sont toujours les victimes de ces drames.

    ♦ ♦

    Ce roman est un hommage à ces victimes, à ces milliers de mots qui reposent sous l’océan, grâce au talent de Ruta Sepetys, à la force de son écriture et de son travail de recherche. Une histoire qui est un véritable mémorial, nous permettant de prendre conscience de ce qui a été passé sous silence. Les valeurs incarnées par ce roman sont nobles, elles rendent à l’Histoire la vérité, sa vérité. 

    « L'Histoire nous divise, certes, mais par le biais de la lecture, de l'étude et du souvenir, elle peut aussi nous unir. »

    « ~ Les derniers jours de Rabbit Hayes - Anna McPartlin ~ ~ Juin 2016 ~ »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :